Diffusions passées:

La maison France 5 : rendez-vous à la capitale !

Wallace & Gromit : un sacré pétrin, diffusion du dimanche 28 octobre 2018 à 14h40

Wallace et Gromit se lancent dans la boulangerie. Mais, après l'ouverture de leur commerce, un tueur prend pour cibles les boulangers. Les deux amis sont dans le pétrin : Wallace étant tombé sous le charme de l'égérie des publicités pour les pains Bake-O-Lite, Gromit doit résoudre cette affaire seul... Critique : Quatre courts métrages d'animation de Nick Park (GB, 1989-2008). 4 x 30 mn. VF. Rediffusion. C'est devenu un rituel : à chaque Noël nous reviennent Wallace et son chien Gromit, créatures fétiches du génial Nick Park, lequel n'est jamais meilleur que dans la concision propre au court métrage. Aucun inédit dans cette intégrale festive, mais peut-être aviez-vous manqué les précédentes diffusions du « court » le plus récent, Un sacré pétrin (2008, 21h35), mini-thriller enfariné ? Wallace et Gromit y abandonnent le nettoyage de vitres, la chasse aux lapins et la cul­ture de légumes géants pour se reconvertir dans la boulangerie, un métier à risque puisque tous les mitrons des environs disparaissent mystérieusement... Osons une (minuscule) réserve : si époustouflant qu'il soit sur le plan technique, Un sacré pétrin ne nous bluffe pas autant que les courts précédents. L'histoire se traîne un chouïa, les gags semblent moins percutants - surtout quand on les met en regard avec la quasi-perfection de Rasé de près (1995, 21h00), épatante histoire de cyber-cabot et de trafic de moutons, et du Mauvais pantalon (1993, 20h35), chef-d'oeuvre de loufoquerie pourvu d'un pingouin déguisé en poulet, et de l'une des poursuites ferroviaires les plus ébouriffantes de l'histoire du cinéma. Et l'on n'y retrouve pas la poésie d'Une grande excursion (1989, 22h05), oeuvre de jeunesse à l'aspect très bricolo. Au risque de radoter, regrettons la VF obligatoire, qui ôte toute possibilité d'apprécier le timbre british de Peter Sallis, alias Wallace. Pour un tel programme, susceptible de séduire d'autres publics que celui des enfants, la version multilingue eût été plus que bienvenue.

La maison France 5 : rendez-vous à la capitale !

Wallace & Gromit : un sacré pétrin, diffusion du dimanche 28 octobre 2018 à 08h00

La maison France 5 : rendez-vous à la capitale !

Wallace & Gromit : un sacré pétrin, diffusion du dimanche 01 avril 2018 à 09h40

Wallace et Gromit se lancent dans la boulangerie. Mais, après l'ouverture de leur commerce, un tueur prend pour cibles les boulangers. Les deux amis sont dans le pétrin : Wallace étant tombé sous le charme de l'égérie des publicités pour les pains Bake-O-Lite, Gromit doit résoudre cette affaire seul... Critique : Courts métrages animés réalisés par Nick Park (1993-2008). 3 x 30 mn. VF. Un inédit, deux rediffusions. Un grand merci au Père Noël de M6, qui nous offre, à peine sortie du studio, la toute nouvelle aventure de Wallace, l'inventeur calamiteux, et de Gromit, son chien surdoué. Trop occupé par ses activités pour le grand écran, Nick Park n'avait pas consacré de court métrage à ses personnages fétiches depuis 1995. Or même les plus fervents admirateurs de ses longs métrages (Chicken Run, Le Mystère du lapin-garou) doivent l'admettre, ce génie britannique de l'animation en volume n'est jamais meilleur que dans la concision. Dans Un sacré pétrin, Wallace et Gromit ont abandonné le nettoyage de vitres, la chasse aux lapins sauvages et la cul­ture de légumes géants pour se reconvertir dans la boulangerie. Il se trouve que les boulangers disparaissent mystérieusement les uns après les autres... Nous ne pouvons malheureusement rien vous dire de plus au sujet de ce mini-thriller, les studios Aardman ayant décidé de bloquer l'envoi de DVD à la presse, dans le but déclaré d'éviter le piratage sur Internet avant la diffusion internationalement noëlique de ce nouvel opus. A vous de le découvrir, donc. Et ne vous privez surtout pas de (re)voir, à 21h20, Rasé de près, épatante histoire de trafic de moutons et de chien-­robot, suivie, à 21h50, du Mauvais pantalon, chef-d'œuvre de loufoquerie pourvu de l'une des poursuites ferroviaires les plus ébouriffantes de l'histoire du cinéma.