Diffusions passées:

La maison France 5 : rendez-vous à la capitale !

Prey, diffusion du lundi 03 septembre 2018 à 01h50

Saison : 1 - Episode : 3 - Marcus réalise que ses deux meilleures alliés sont tous les deux corrompus. Poussé par la nécessité de trouver un appui, il se confie à une ancienne collègue, Mackenzie, et lui livre la preuve de son innocence, l'unique élément dont il dispose pour le moment. Toujours recherché par les forces de l'ordre, il cherche à se rapprocher du mystérieux Alex Chambers mais doit, dans le même temps, redoubler de vigilance. Doutant de plus en plus de la culpabilité de Marcus, Susan Reinhardt tente de comprendre ses motivations... Critique : Marcus Farrow, flic à Manchester, découvre chez lui les corps de son épouse et de leur plus jeune fils. Tout l'accuse, à commencer par sa présence au moment des faits. Son mariage battait de l'aile, ce qui laisse craindre une dispute conjugale ayant mal tourné. Arrêté, Marcus Farrow parvient à s'évader mais reste en ville, dans l'ombre, pour prouver son innocence. L'histoire du « héros accusé à tort » est déjà vue — on pense au Fugitif. Prey, bouclée en trois petits épisodes, n'a pas la prétention de la révolutionner. La minisérie en fait voir de toutes les couleurs à son malheureux héros, accidenté, poignardé, traqué, contraint de se faire justice seul contre tous. La brève chasse à l'homme à laquelle il cherche à échapper est peu crédible mais rythmée, relevée par les qualités d'interprète de John Simm et par un savoir-faire tout britannique, capable de transformer un scénario assez convenu en divertissement recommandable. — Pierre Langlais

La maison France 5 : rendez-vous à la capitale !

Prey, diffusion du lundi 03 septembre 2018 à 01h05

Saison : 1 - Episode : 2 - Traqué par toutes les polices du pays, Marcus se lance à la recherche de celui qu'il soupçonne d'avoir tué son ex-femme et son fils. Pour lui, tout désigne Topher Lomax, qu'il avait interrogé au cours d'une de ses précédentes enquêtes. Mais Marcus sait qu'il ne peut se fier à personne, pas même à ses anciens collègues dont il comprend que certains souhaitent son incarcération. Marcus apprend bientôt qu'un dénommé Alex Chambers, proche de Lomax, serait directement lié aux meurtres... Critique : Marcus Farrow, flic à Manchester, découvre chez lui les corps de son épouse et de leur plus jeune fils. Tout l'accuse, à commencer par sa présence au moment des faits. Son mariage battait de l'aile, ce qui laisse craindre une dispute conjugale ayant mal tourné. Arrêté, Marcus Farrow parvient à s'évader mais reste en ville, dans l'ombre, pour prouver son innocence. L'histoire du « héros accusé à tort » est déjà vue — on pense au Fugitif. Prey, bouclée en trois petits épisodes, n'a pas la prétention de la révolutionner. La minisérie en fait voir de toutes les couleurs à son malheureux héros, accidenté, poignardé, traqué, contraint de se faire justice seul contre tous. La brève chasse à l'homme à laquelle il cherche à échapper est peu crédible mais rythmée, relevée par les qualités d'interprète de John Simm et par un savoir-faire tout britannique, capable de transformer un scénario assez convenu en divertissement recommandable. — Pierre Langlais

La maison France 5 : rendez-vous à la capitale !

Prey, diffusion du lundi 03 septembre 2018 à 00h20

Saison : 1 - Episode : 1 - Dans les rues de Manchester, un véhicule de l'administration pénitentiaire fait une violente sortie de route. Parmi les prisonniers à bord se trouve Marcus Farrow, un inspecteur de police accusé à tort, quelques jours plus tôt, des meurtres de son ex-femme et de son plus jeune fils. Il voit là l'occasion de s'échapper. Son but : retrouver le vrai coupable de ces meurtres atroces et prouver ainsi son innocence. L'inspectrice Susan Reinhardt est chargée d'appréhender le fuyard au plus vite. Avant son arrestation, Farrow enquêtait sur le meurtre d'un malfaiteur, dont le cadavre avait été retrouvé dans les bois... Critique : Marcus Farrow, flic à Manchester, découvre chez lui les corps de son épouse et de leur plus jeune fils. Tout l'accuse, à commencer par sa présence au moment des faits. Son mariage battait de l'aile, ce qui laisse craindre une dispute conjugale ayant mal tourné. Arrêté, Marcus Farrow parvient à s'évader mais reste en ville, dans l'ombre, pour prouver son innocence. L'histoire du « héros accusé à tort » est déjà vue — on pense au Fugitif. Prey, bouclée en trois petits épisodes, n'a pas la prétention de la révolutionner. La minisérie en fait voir de toutes les couleurs à son malheureux héros, accidenté, poignardé, traqué, contraint de se faire justice seul contre tous. La brève chasse à l'homme à laquelle il cherche à échapper est peu crédible mais rythmée, relevée par les qualités d'interprète de John Simm et par un savoir-faire tout britannique, capable de transformer un scénario assez convenu en divertissement recommandable. — Pierre Langlais