Diffusions passées:

La maison France 5 : rendez-vous à la capitale !

Les rustres, diffusion du vendredi 01 juin 2018 à 00h05

Ils sont quatre, Lunardo, Maurizio, Canciano et Simon. Quatre vieillards austères et puritains, pétris des traditions vénitiennes et amis de toujours. Tandis qu'au dehors la folie du carnaval bat son plein, Lunardo passe avec Maurizio un accord matrimonial. Leurs enfants se marieront mais, conformément à la coutume, ils ne se découvriront que le jour des noces. Margarita, le femme de Lunardo, et Marina, la belle-soeur de Maurizio, jettent leur grain de sel dans cette belle combinaison. Elles autorisent le fiancé malgré lui, Filippetto, à rendre à sa promise inconnue une visite clandestine... Critique : A se régaler des Rustres, dans la savoureuse mise en scène de Jean-Louis Benoît, on saisit pourquoi le Vénitien Carlo Gol­doni (1707-1793) fut condamné à quitter sa ville et se réfugia à Paris. Non seulement il rompt brutalement avec la stylisation masquée de la commedia dell’arte, mais ses comédies de mœurs, insolentes de ­vérité, donnent à voir les lâchetés de ses contemporains. Et comment leurs faiblesses poussent à la ruine la Cité des doges. Derrière les répliques méchantes et drôles, c’est une couche sociale à la ­dérive que raconte Les Rustres. Y sont mis en scène des négociants vieillissants et sans énergie. Lunardo (exceptionnel Christian Hecq) et ses compères tiennent en effet enfermés à la maison épouses et enfants sous prétexte que l’extérieur les corromprait à jamais. Ils ne se fréquentent qu’entre eux, incapables de rien décider non plus, rabâchant avec nostalgie ces anciens temps où les valeurs patriarcales d’ordre et d’économie étaient honorées. Si Jean-Louis Benoît se garde avec intelligence de tout clin d’œil à l’aujourd’hui, on ne peut s’empêcher de faire des liens. Non seulement avec certains ­islamistes qui cachent femmes et filles sous leur voile. Mais aussi avec les valeurs prêchées par l’extrême droite. Avait-on ­jamais imaginé les réunir ? La culture de la liberté, ce sont les héroïnes des Rustres qui en sont ici les gardiennes. Goldoni ou le plus féministe des auteurs de théâtre de répertoire… Coraly Zahonero, Céline ­Samie, Clotilde de Bayser, Rebecca Marder sont épatantes en créatures rusées par qui le bonheur redevient possible.