Diffusions passées:

La maison France 5 : rendez-vous à la capitale !

Baisers cachés, diffusion du dimanche 02 décembre 2018 à 22h45

Nathan, 16 ans, vit seul avec son père Stéphane. Nouveau venu au lycée, il est invité à une soirée. Il tombe alors sous le charme de Louis, un garçon de sa classe. Celui-ci, en couple avec Laura, n'assume pas son attirance pour Nathan. Ils se retrouvent néanmoins à l'abri des regards et s'embrassent... Critique : Lorsque son père lui demande, mi-complice, mi-taquin, s’il a « repéré des filles » dans son nouveau lycée, Nathan n’a pour réponse qu’un sourire gêné. Le soir même, au cours d’une fête, l’adolescent échange un baiser avec un garçon, ignorant qu’un témoin s’est empressé d’immortaliser l’instant. En quelques clics, le secret dévoilé fait le tour du lycée et s’impose aux yeux du père de Nathan, qui se mure dans un silence glacial. Seul, lâché par son amoureux non identifiable sur la photo, l’ado affronte un déluge de haine, d’insultes et de violences physiques… Baisers cachés empoigne avec force sa mission à la fois pédagogique et citoyenne, soucieux de coller au plus près à la réalité de jeunes homosexuels confrontés au rejet. Le film dépeint sans hypocrisie ce qui, encore aujourd’hui, constitue un combat inégal contre la bêtise crasse, l’obscurantisme, la lâcheté et les silences coupables. Il fallait montrer ce proviseur pétrifié à l’idée de se coltiner la réaction des parents d’élèves si le sujet de l’homosexua­lité était abordé en classe… Tout semble certes trop fléché, surligné, figeant les personnages dans leur dimension archétypale : Nathan est celui « qui assume », soutenu par son père, maladroit mais obstiné (Patrick Timsit, tout en sobriété) ; Louis, celui qui se débat entre la honte de soi et l’opprobre paternel (Bruno Putzulu, peu à l’aise en brute épaisse). Mais le film n’oublie pas de raconter, aussi, une belle histoire d’amour, touchante évidence opposée aux préjugés. Si Baisers cachés ne s’embarrasse pas toujours de subtilité, il a l’immense mérite de répondre, avec conviction et sensibi­lité, à l’urgence.

La maison France 5 : rendez-vous à la capitale !

Baisers cachés, diffusion du jeudi 08 novembre 2018 à 21h00

Nathan, 16 ans, vit seul avec son père Stéphane. Nouveau venu au lycée, il est invité à une soirée. Il tombe alors sous le charme de Louis, un garçon de de sa classe. Celui-ci, en couple avec Laura, n'assume pas son attirance pour Nathan. Ils se retrouvent néanmoins à l'abri des regards et s'embrassent. Laura les surprend et les photographie... Critique : Lorsque son père lui demande, mi-complice, mi-taquin, s'« il a repéré des filles » dans son nouveau lycée, Nathan n'a pour réponse qu'un sourire gêné. Le soir même, au cours d'une fête, l'adolescent échange un baiser avec un garçon, ignorant qu'un témoin s'est empressé d'immortaliser l'instant. En quelques clics, le secret dévoilé fait le tour du lycée et éclate sous les yeux du père de Nathan, qui se mure dans un silence glacial. Seul, lâché par son amoureux non identifiable sur la photo, l'ado affronte un déluge de haine, d'insultes et de violences physiques... Diffusé dans le cadre d'une soirée consacrée à la lutte contre l'homophobie, Baisers cachés empoigne sa mission à la fois pédagogique et citoyenne, soucieux de coller au plus près à la réalité de jeunes homosexuels confrontés au rejet. Le film dépeint sans hypocrisie ce qui, encore en 2017, constitue un combat inégal contre la bêtise crasse, l'obscurantisme, la lâcheté et les silences coupables. Il fallait montrer ce proviseur pétrifié à l'idée de se coltiner la réaction des parents d'élèves si le sujet de l'homosexualité était abordé en classe... Tout semble certes trop fléché, surligné, figeant les personnages dans leur dimension archétypale : Nathan est celui « qui assume », soutenu par son père, maladroit mais obstiné (Patrick Timsit, tout en sobriété) ; Louis, celui qui se débat entre la honte de soi et l'opprobre paternelle (Bruno Putzulu, peu à l'aise en brute épaisse). Mais le film n'oublie pas de raconter, aussi, une belle histoire d'amour, touchante évidence opposée aux préjugés. Si Baisers cachés ne s'embarrasse pas toujours de subtilité, il a l'immense mérite de répondre, avec conviction et sensibilité, à l'urgence. — Isabelle Poitte   Suivi, à 22h20 d'un débat animé par Julian Bugier, avec Patrick Timsit, de jeunes homosexuels, des parents et des responsables des associations Le Refuge et SOS Homophobie.

La maison France 5 : rendez-vous à la capitale !

Baisers cachés, diffusion du jeudi 15 juin 2017 à 20h55

Nathan, 16 ans, vit seul avec son père Stéphane. Nouveau venu au lycée, il est invité à une soirée. Il tombe alors sous le charme de Louis, un garçon de de sa classe. Celui-ci, en couple avec Laura, n'assume pas son attirance pour Nathan. Ils se retrouvent néanmoins à l'abri des regards et s'embrassent. Laura les surprend et les photographie. La photo est vite publiée sur Internet. L'effet boule de neige est immédiat. Stéphane découvre l'homosexualité de son fils Nathan. Il refuse dans un premier temps de lui parler. Si Nathan ne cherche pas à cacher ses sentiments, Louis pour sa part, nie son homosexualité. Il va même jusqu'à participer aux brimades et aux violences infligées à son ami... -- Critique : Parce qu'il a embrassé un garçon, Nathan subit un déferlement d'insultes et de violences dans son lycée... S'il n'évite pas les clichés et les discours appuyés, ce téléfilm sensible répond efficacement à l'urgence de lutter contre l'homophobie.

La maison France 5 : rendez-vous à la capitale !

Baisers cachés, diffusion du mercredi 17 mai 2017 à 21h00